[BoichiDay] Interview de lancement pour Boichi.com

by

• Quel est votre but avec Boichi.com ?

Boichi

Mes objectifs avec Boichi.com sont multiples. L’un d’eux est de me rendre disponible et de partager au sujet des Cercles de Manga Japonais avec mes fans et lecteurs.

C’est aussi l’occasion de montrer de temps en temps mes pages couleurs, mon travail sur les manga ainsi que de partager de bonnes nouvelles.

Je souhaite aussi tester et experimenter de nouveaux business modèles encore inconnu du marché du manga. Explorer en profondeur l’opportunité en tant que mangaka et tendre la main à la nouvelle génération de lecteurs manga à travers le monde. Qu’ils possèdent une culture et un marché du comic/BD/manga ou non.

Je veux découvrir ces, petits mais pourtant pleins de sens, nouveaux types de business autour du manga.

Mais plus que tout, mon but principal est d’aider ceux qui possèdent l’ambition de devenir mangaka à travers le monde.

Tu vois, le Japon possède un large éventail d’opportunités d’apprentissage pour créer son propre manga. Le Japon est le royaume du Manga. C’est un paradis pour ceux qui aiment tout ce qui a trait au manga !

Il existe de nombreux bon livre de tutos manga, des enseignants, de bonnes écoles et académies pour apprendre les ficèles du manga. Il existe aussi un énorme marche de Doujinshi et de nombreux éditeurs importants travaillant pour les grandes maisons d’éditions.

Ils sont nécessaires pour tout ceux qui souhaitent devenir mangaka. Les aspirants mangaka remplis de rêves, passions et talents. Seulement voilà, il ne reste que très peu d’opportunités pour les non Japonais.

Les étranger doivent payer un prix bien plus élevé pour obtenir les conseils d’éditeurs Japonais, de mangakas pro ou de recruteurs.

Ça peux parfois dégénérer jusqu’à devenir impossible. En voyant ces problèmes, je me suis dis que l’on devait les prendre à bras le corps et j’ai trouvé une solution. Celle de Boichi.com.

Il s’agit d’un espace dédié à ceux qui veulent apprendre à dessiner, créer des manga et désirent entrer dans les Cercles de Manga Japonais.

Bien sur, il y a aussi ceux qui désirent devenir mangaka dans leurs propre pays et ce même si il n’y existe pas de marché officiel du manga. Je suis persuadé que même ceux résidant dans de petits marchés ont le droit de donner vie à leurs rêves.

Tous ces rêveurs désireux de devenir mangaka représentent le trésor des futures Cercles de Manga.

Si ils possèdent les compétences et la volonté d’un bon mangaka (ou d’un artiste de comics/BD), alors ils ont une chance d’arriver à travailler en tant que mangaka au Japon ou dans leurs pays respectifs.

Leurs donner même un tout petit peu d’aide ne serait qu’un juste retour de toutes la confiance que j’ai pu recevoir dans les Cercles de Manga Japonais. Il s’agit d’une chose précieuse que de vouloir aider ceux qui possèdent un rêve. Car tout comme eux, je ne suis qu’un rêveur.

Et finalement, je parlerais de cuisine et de nourriture sur Boichi.com. Il s’agit là de mon moyen personnel de compréhension de la culture japonaise et de l’esprit d’artisanat du Japon.

Je crois que si tu aimes dessiner des manga ainsi que la culture Japonaise, alors tu trouveras aussi des informations intéressantes dans mes articles de Food Adventure. Car j’ai étudié l’esprit du manga à travers cette cuisine et nourriture. De même, pour ceux préparant leur voyage au Japon, ça pourra vous être utile pour dégoter des informations sur les bons restaurants à visiter.

Ce sera aussi l’opportunité pour mes fans de partager des tranches de ma vie et de mes reflections.

 

• Quand et comment avez-vous réalisé que vous possédiez une importante fanbase en dehors du Japon ?

Boichi

L’équipe de Boichi.com comprend actuellement trois membres. Lucas (Weaper), Steve et moi-même.

Steve est un ami de longue date vivant au Canada. Il m’a dit que j’avais en effet une fanbase en dehors du Japon.

Nous nous connaissons depuis les années 90 et il partage avec moi des infos sur les tendances des comics et leur marché.

Il a aussi beaucoup aimé les livres tutoriaux que j’avais publié en Corée. Il est persuadé qu’ils seront très utiles pour ceux qui désire apprendre dans le domaine du manga en dehors du Japon. C’est ainsi qu’il m’a persuadé de partager mon savoir-faire au Japon. Ils s’agit de très importantes leçons pour tous ceux aspirants devenir mangaka à travers le monde.

Il m’envoi aussi les messages de fans hors Japon.

Un jours, il m’a appris l’existence d’un site de fan appelé SunKenRock.com et m’a présenté Lucas, le propriétaire du site et un énorme fan français. Nous nous sommes rencontré puis avons échangé idées, pensées et autour de tout ce qui nous est cher.

Une fois découvert que j’avais en effet beaucoup de fans dans d’autres pays, j’ai décidé d’apparaitre dans des conventions telles que la Lucca Comics and Games ou la Paris Japan Expo. Avant ça, je continuais de rejeter les invitations car j’étais effrayé de n’être qu’un mangaka inconnu.

Mais un fois là, devant mes fans, je fus ébahis de surprise !! Leurs amours m’a depuis toujours encouragé.

Lucas, en tant que developper et webmaster, est le créateur de Boichi.com. Il est un jeune plein de talents et de passion avec un coeur bienveillant que je considère comme un vrai amis.

Quand il m’a donné l’idée de Boichi.com, je fus surpris et ce devint une énorme opportunité pour nous de bâtir nos rêves.

Je me suis dit que ce serait une chance de rendre un peu de l’amour que j’ai reçu de mes fans.

• Origin est votre première publication hebdomadaire. Qu’est-ce que cela change pour vous ?

Boichi

Pour tout dire, <Origin> n’est pas mon premier manga hebdo. J’ai déjà travaillé sur un manga hebdo de 4 pages par chapitres publié dans un Journal Coréen. Il s’appel <Le bon sens Scientifique dans les Films>.

Même <Sanctum> fut un manga publié dans un hebdo appelé le <Weekly Morning>. Au début il n’était publié que toutes les deux semaines mais il s’est terminé sur un rythme hebdomadaire. C’est donc un peu embarrassant de dire qu’il s’agissait d’un manga hebdomadaire.

De plus, <Origin> n’est publié que trois semaines sur quatre dans le mois. C’est difficile d’affirmer qu’il s’agit d’un manga hebdomadaire et pourtant je le considère quand même comme mon premier pour diverses raisons.

Je n’ai pour l’instant eu que 17 échéances mais ce fut une expérience de travaille très amusante.

Les éditeurs Japonais travaillant dans des magazines de manga à publication hebdomadaire disent « La réalité est que le rythme hebdomadaire est mortel ! C’est sans pitié ! Chaque échéance te tue. ». Mais ce n’était pas si dur que ça, ni compliqué.

J’ai de bons assistants qui m’épaulent et je les remercie toujours pour leurs travail.

Une échéance qui se rapproche est un peu comme une partie de Tetris. C’est fun.

• Avec Dr.Stone, vous commencez un second manga hebdomadaire seulement 6 mois après le début d’Origin. Comment cela est-il possible ?

Boichi

Je… Je ne sais toujours pas, je ne peux pas dire si il sera possible de continuer ou non… Impossible à déterminer pour l’instant.

Je n’ai pas encore débuté <Dr.Stone> donc nous verrons si je peux faire les deux ou non. Pour l’instant, j’ai deux échéances : <Young magazine> et <Shonen Jump>.

Certains éditeurs disent qu’il s’agit là d’une chose encore jamais tenté. D’autres qu’il est impossible pour un homme d’abattre autant de travail. Et certains disent que mon style de dessin rend le rythme hebdomadaire très compliqué.

Bon, je comprend que c’est quasiment mission impossible mais je vais quand même le tenter. Si c’est un succès alors ce sera quelque chose de très important. Et même si ça échoue, cela restera un challenge digne de moi à travers lequel j’aurais eu la chance d’apprendre de nombreuses choses. Je pense que la clé du succès pour cette quête et de travailler dur tous les jours.

J’ai appris des grands éditeurs et mangaka des Cercles de Manga Japonais que l’effort produit est la chose la plus importante pour un mangaka !! Je dirais qu’il s’agit là de l’esprit d’artisanat.

Alors je continuerais d’essayer de plus en plus dur tous les jours. Que le succès soit à la clés ou non, j’accepte ce challenge.

Pour dire la vérité, je dois maintenant dessiner 136 pages tous les mois. Ça représente 6 pages par jours mais ce n’est pas impossible. J’ai de bons assistants pour m’aider.

Pour moi, le préplanning d’une série reste la chose la plus dure dans la sérialisation en magazine.

Préparer et publier <Terra Formars Asimov> pendant 7 mois, puis de même pour <Origin> et maintenant se préparer pour <Dr. Stone> à peine une six mois plus tard. Il s’agit là d’un énorme travail qui requière beaucoup de temps et d’argent.

<Origin> est encore un titre jeune dans <Young Magazine> et je n’y suis toujours pas habitué. Il me reste des préparation à finaliser.

• Nous ne savons pas encore grand chose sur Dr.Stone à part qu’il s’agit d’un manga Aventure/Action/SciFi avec une histoire de Riichiro Inagaki. Souhaitez-vous ajouter quelque chose pour vos fans ?

Boichi

Je suis désolé mais <Dr.Stone> n’est pas seulement de mon ressort donc je ne peu pas vous en dévoiler trop de moi-même.

En plus, le créateur principal n’est pas moi mais Riichiri Inagaki-sensei. Il m’a envoyé un formidable nemu (croquis) pour <Dr.Stone>.

Riichiro Inagaki-sensei est le createur de l’univers de <Dr.Stone>. J’essaierai de poser en manga son incroyable monde créatif du mieux que je le puisse.

J’ai eu beaucoup de plaisir à lire son nemu, c’est super cool ! J’en apprend beaucoup.

Les personnages principaux de cette histoire sont deux garçons. L’un est très fort alors que l’autre est très intelligent. Le garçon fort possède un coeur bon et puissant tandis que l’intelligent possède une vision et une mission à accomplir.

Dans un sens, il s’agit là d’une relation similaire à celle entre Ken et Tae-Soo dans <Sun-Ken Rock>. Ils partageront de fantastiques aventures.

C’est un vrai plaisir de le dessiner parce que l’histoire et le genre de <Dr.Stone> sont la SciFi et Post Apocalyptique que j’ai beaucoup de plaisir à lire et regarder.

Je m’amuse énormément lors de la préparation de cette série.

• Pour finir, Dr.Stone sera publié dans le Weekly Shonen Jump. Comme le nom l’implique, ce magasine est destiné à une audience plus jeune. Cela change-t-il quoique ce soit dans votre manière de dessiner les popotins de filles ?

Boichi

C’est le moment pour moi de faire remonter une plainte envers mon éditeur et Inagaki-sensei !!! Ils n’ont vraiment pas le moindre intérêt dans les Bishojo (Jolies filles).

J’ai designé et dessiné les deux garçons et un personnage féminin. Je me suis beaucoup appliqué dans le dessin de la fille mais pour ce qui est des garçons… que dale. J’y suis allé avec les pieds.

Je les ai tous envoyé ensemble mais ils n’ont même pas mentionné la fille une seule dois. Ils se sont concentré sur les garçons et n’ont jamais parlé de la fille !!! Mon dieu…

Qui a envie de lire un manga avec des mecs transpirants ? Tu lis Sun-Ken Rock pour voir des personnages masculins suintants et puants, uh ? Est-ce que tu lis <Origin> pour voir ce qu’Origin dit et fait ? Pas moi !!!

Quand j’encrerais les personnages masculins, je mélangerais l’encre avec mes crottes de nez…

JE VEUX FAIRE REMONTER UNE FORTE PLAINTE À MON ÉDITEUR ET INAGAKI-SENSEI !!

OUBLIEZ LES PERSOS MASCULINS !! LAISSEZ MOI DESSINER PLUS DE PERSOS FÉMININS !!!

SINON, JE DESSINERAIS AVEC DE L’ENCRE AUX CROTTES DE NEZ !!!

Share the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •