Fête pour les 70 ans de Shonen Gahosha

by

Un rêve vieux de 70 ans

Shonen Gahosha, un des éditeurs de manga Japonais avec lequel je travaille, a célébré son 70ème anniversaire le 16 octobre 2015.

J’ai décidé de me joindre à la fête ce soir là, et ce malgré mon emploi du temps chargé, afin de célébrer la longue histoire de cette entreprise au sein de l’industrie Japonaise du manga.

Il s’agit là de mon éditeur principal au Japon et je les adore. Ce fut un honneur et un plaisir d’être invité pour cette fête célébrant leurs 70 ans.

La fête eu lieu au Tokyo Dome Hotel.

Shonen Gahosha fut fondé il y a de ça 70 ans à la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Le fondateur, un ancien de la Shueisha, utilisa sa prime de retraite pour fonder cette maison d’édition.

La valeur de l’argent était différente à l’époque mais ils ont débuté avec seulement 5 000 yen au sortir de la guerre. Il ne restait pas grand chose du marché du manga japonais après tout. C’est pourquoi l’histoire de cette compagnie est si touchante, elle fut construit sur un rêve. 

L’éditeur a du suivre un rêve, sans rêve cela aurait été impossible à construire !

Le moment où tout le monde criaient “Manga Banzai!”

Je suis très heureux de partager l’atmosphère d’un éditeur de manga japonais avec vous tous.

J’étais le seul mangaka d’origine étrangère invité à cette fête rassemblant les plus grand Editeurs et Mangakas du Japon.

Mon coeur bâtait la chamade.

C’est si génial ! Je suis tellement heureux d’avoir choisi de vivre avec les manga. Si heureux de travailler au Japon. Ce fut un moment inoubliable.

De nombreux mangaka dessinaient sur un shikishi spécial pour celebrer le 70ème anniversaire de Shonen Gahosha.

Ils dessinaient principalement des chats…(…)… Il y a vraiment beaucoup d’amoureux des chats dans les cercles de manga.

Bien sur, il y avait de l’animation pour la fête.

Des femmes mangakas qui dessinent des chats ensemble.

OK. Je pense que nous avons assez parlé de la fête. La vrai raison de ma présence ici : la BOUFFE !!

Quels types de nourriture ont mangé les mangaka présent ce soir-là ?

Les plats servis par l’hotel.

Beaucoup de plats divers et variés.

Pas d’hésitation à avoir. Il faut voler comme le papillon et piquer la nourriture comme une abeille ! Manger autant que possible, comme si il n’y avait pas de lendemain. Ne penser qu’à aujourd’hui.

Il y a pleins d’opportunité de manger des nouilles instantanée mais rare sont les chances de manger les plats d’un hotel de Luxe.

Tout semble si délicieux.

J’adore les buffets.

Les plats sont comme une fête foraine dans une parc d’attractions pour enfant.

Ces plats sont le parc d’attractions pour mes propres enfants (estomac et intestins)

 

Pour un mec comme moi qui a grandi pauvre, c’est le parc de mes rêves que j’ai toujours cherché.

Alors allons-y mes enfants !!! C’est l’heure de s’amuser !

C’est pas grave si mon manga est moins bien classé que d’autres dans le magazine.

Car maintenant, à ce moment précis, je ne veux pas être à la traine. Je serais le top mangaka avec un gros bide.

Couper le jambon cru.

Le jambon cru (Prosciutto) est l’une de mes nourritures préférées. Je pense qu’il s’agit là de l’une des source de la sagesse humaine.

Malheureusement le Chef n’était pas très habile dans la découpe du Prosciutto. Je pense qu’il faut être très doué avec les couteaux pour couper du Prosciutto.

Il ne m’a donné qu’une seule tranche.

Je ne me plaint pas parce qu’il ne m’en a donné qu’une…

 

I’m not complaining about his skills because he only gave me a single slice…

Les Chefs préparer le friture en Tempura et de nombreux mangaka faisaient la queue pour en avoir. Tout est parti en un éclair.

Mon accompagnement préféré pour la Tempura est le Tenkasu. Il s’agit de petits morceaux croustillants de farine frit. Ils vont aussi bien dans le Udon, Soba, Okonomiyaki et Takoyaki donc ça a attiré mon intérêt.

J’espère que je pourrais en avoir à ajouter à mes repas si je mange de l’Udon ou du Soba.

Il s’agissait ici de Tenkasu de haute qualité car il était frit dans l’huile de sésame. Le Tempura à la Tokyoïte se doit d’être frit dans de l’huile de sésame

 

[foogallery id= »1557″]

J’avais prévu de manger plus que quiconque mais je n’ai pas eu assez de temps car j’avais un rendez-vous avec mon éditeur.

C’était vraiment une bonne fête mais je n’ai pas pu rester longtemps.

Tous les éditeurs et mangaka, moi compris, devraient travailler sur des manga. C’est notre devoir de faire des manga pour ceux qui les aiment et les lisent.

Avec les rêves, ce rêve d’éditeur s’est construit sur les ruines de la guerre et il s’agissait là de célébrer son 70ème anniversaire.

Je suis très fier de pouvoir partager ce moment avec vous. Quand je suis arrivé à la fête je me suis senti comme un invité, mais une fois en meeting avec mon éditeur puis assis à la table de travail, j’ai pu alors vraiment ressentir que je faisais parti du monde du manga Japonais. C’est un moment dont je me rappel avec fierté.

– Boichi

Share the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •