Déjeuner et menu Yakiniku à Jojoen

by

En 2015, à la fin de l’automne, je suis sorti déjeuner avec mes assistants.

Il peut être compliqué de choisir où déjeuner en groupe pour plusieurs raisons. L’un de mes assistants ne peux pas manger de concombre, un autre ne supporte pas la nourriture épicée et certains ne peuvent manger ni crabe, ni crevettes.

L’automne est la saison des crabes. La cuisine Szechuan Thai ou Chinoise est un bon choix mais ce sera pour une autre fois.

J’avais du mal à trouver des idées pour mon travail ce jour là et il m’était aussi compliqué de decider où déjeuner. Finalement, j’ai arrêté mon choix sur le Yakiniku que tous le monde aime.

Nous sommes alors allés dans un restaurant de Yakiniku appelé « Jojoen ».

« Jojoen » est un bon établissement parmi les franchises de restaurants de Yakiniku au Japon. Le prix y est peut être un peu élevé mais tu peux y trouver du bon boeuf Wagyu.

Ce n’est pas parce que tu vis au Japon qu’il est simple de se procurer du boeuf Wagyu. Vous vous trouvez peu être tous les deux dans le même pays mais c’est comme essayer de rencontrer une star ou un mangaka célèbre au Japon. C’est hors de portée tel une étoile dans le ciel nocturne.

Au début de ma vie au Japon, je croyais que les boeufs appelés « Wagyu » n’existaient que dans les mythes japonais, comme « Amaterasu ». Quelqu’un m’avait dit qu’ils existaient mais je n’en avais jamais vu moi-même.

« Jojoen » est un bon établissement où on peut apprécier du boeuf « Wagyu » à un prix raisonnable.

Et leurs menu sont toujours composés avec beaucoup de goût. Ils ont de très bon menus avec des prix abordables. C’est parti pour Jojoen !!! Gogogo !!!

Voilà le Jojoen de Ginza. Il se situe au 10ème étage.

L’intérieur est très calme, élégant et beau.

C’est en entrant que j’ai imaginé le fond de la scène de fusillade pour mon manga.

Nous avons commandé le menu à 4 500 yen (37€). À ce prix on peut choisir une boisson, profiter de plats coréens avec du riz, de quelques tranches de boeuf Wagyu provenant de trois différentes parties du boeuf, de deux petites crevettes et un tea chaud O-cha avec dessert.

Yakiniku est un genre de barbecue similaire au BBQ Coréen. Il s’agit d’une adaptation japonaise du barbecue né des travailleurs et migrant coréens qui sont arrivés au Japon à l’époque où celui-ci gouvernait la péninsules Coréenne.

On grille les tranches de boeuf sur une plaque chauffante au milieu de la table même.

Viandes et garnitures sont assaisonnées avec du sel ou de la sauce soja et une fois grillé il est possible de rajouter de la « sauce Tare ».

C’est déjà bon à manger tel quel mais il existe de nombreuses manières d’apprécier un Yakiniku. Tu peux le manger en l’enroulant autours de légumes ou simplement avec du riz. Ma recommandation personnelle est de choisir le riz.

Il existe des règles importantes pour bien apprécier un Yakiniku mais nous en reparlerons une prochaine fois.

Bref, le lieu de naissance du « très populaire parmi les japonais » Yakiniku est le Marché Tsuruhashi d’Osaka.

Au Japon, les travailleurs coréens ont commencé à cuisiner et griller les parties du boeufs les moins appétissantes qui étaient délaissées par les Japonais faute de savoir comment les cuisiner. Il s’agit du « Grubi » et « Hormone ». Ils étaient délicieux et sont devenu grandement appréciés par les Japonais pour finalement se répandre à travers tout le Japon.

La spécificité du Yakiniku est que tu peux en manger beaucoup même si a viande n’est pas de très bonne qaulité. Même si les coupes de viande viennent d’une vielle vache, elles contiennent suffisamment de graisse. C’est parce que les joints nécessitent de la graisse pour bouger. Comme l’huile pour les moteurs.

De plus, assaisonner avec de la sauce soja aide à attendrir la viande encore plus. La viande est finement coupée et grillée en face de vous. Elle est simple à mâcher tandis que la chaleur et le goût se propagent. Et même si c’est toujours trop coriace, tu peux l’enrouler autours de légumes.

Ainsi la viande dure et peu cher se transforme en un fantastique repas. Comme par magie. Toutes les viandes deviennent délicieuses si ont les grille façon Yakiniku.

Mais si griller la moins cher des viandes en Yakiniku en fait un bon repas, alors quel sera le résultat de ce même Yakiniku avec du boeuf Wagyu ? C’est vraiment dur d’imaginer à quel point le goût est délicieux.

Au moment où j’écris ces lignes, je me rappel de ce moment et j’ai une forte envie d’y retourner une fois de plus.

Voici le menu que nous avons commandé.

La soupe d’algues visible sur la droite est appelée “Miyeok-guk” (soupe d’algue), aussi appelé “soupe Wakame” au Japon. Il s’agit d’une soupe faite à partir des os du boeuf et d’algues ainsi que d’un peu d’ail et sésame pour l’arôme. La soupe d’algues servie ici est vraiment bonne même au niveau Japonais. 

« Namul », dit « Numuru » au Japon, est un accompagnement coréen à base d’herbes, feuilles ou herbes sauvages de saison venant des montagnes. La sauce pour la salade de « Jojoen » est faite avec de l’huile de sésame coréenne et du sel. C’était vraiment délicieux.

L’un de mes assistant ne peux pas manger de canard alors je lui ai échangé avec du boeuf.

Il y a trois types de kimchi et de sauces pour les viandes. Elles sont toutes très bonnes. Le riz servi ici est aussi très bien.

Dans l’art culinaire japonais, le riz est la base de tout et ce sont les assortiments qui sont cuisinés pour accompagner le riz. On peux gouter de très bon riz dans les restaurants japonais mais celui servi à « Jojoen » est d’un tout autre niveau.

Et nous sommes actuellement en automne, la saison des récoltes de riz. Le riz saisonnier a aussi un très bon arôme et une forme un peu gonflée.

Oh mon boeuf-sama…

C’est un tel plaisir à regarder. Bien sur, c’est un goût divin et les deux crevettes étaient elles aussi délicieuses.

Avant de commencer à manger, j’ai dit à mes assistants à quel point je les remercie pour tout leurs travail acharné. Je suis très heureux d’avoir partagé ce repas tous ensemble.

J’ai demandé à mes assistants s’ils désiraient manger plus. Ils voulaient essayer du « Tansio » alors j’en ai commandé pour deux personnes.

Tansio est la langue de boeuf assaisonnée avec du sel.

Ma femme a commandé un menu avec trois sets de porcs (Butaniku Santen Mori) ainsi que des nouilles froides coréenne, genre nouille soba, appelées “Naengmyeon”. Au Japon elles portent le nom de « Reimen » et sont bien sur délicieuses.

Butaniku Santen Mori

Reimen

Les Reimen de Jojoen sont très similaires au “Woolaeoak’s Naengmyen” de Corée qui est un restaurant dédié au Naengmyen. C’est pourquoi je les aime tant.

Je suis sûr qu’il y a des restaurants de Yakiniku qui servent du boeuf encore meilleur que celui à Jojoen mais aucun ne propose de meilleur Reimen (Naengmyeon) au Japon. Si vous voulez essayer des Naengmyeon au Japon alors je vous recommande ceux de Jojoyen.

Thé O-cha chaud après le repas.

Et du yaourt en dessert.

Le Yakiniku est un plat délicieux à base de viande et le boeuf Wagyu est le meilleur des boeufs produits au Japon. Jojoen propose les deux à un prix raisonnable.

Après un tel repas, il est maintenant temps de se rediriger vers notre studio et de travailler dur sur nos manga.

– Boichi

Share the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •