Cuisine Russe & Terra Formas Asimov – première partie

by

Cuisine Russe à Tokyo.

On me demande souvent pourquoi il y a tant de nourriture dans mes manga. La raison est bien sur que j’adore la nourriture et la culture culinaire à travers le monde.

Peut être que je continue de me remémorer les scènes des histoires lues dans mon enfance. Telles que <Robinson Crusoe>, <Gargantua et Pantagruel> ou encore <Les Voyages de Gulliver>. Dans ces histoires, « nourriture et cuisine » sont tous deux très importants car ils représentent la vie des hommes.

Mais la raison principale pour laquelle j’intègre de la nourriture dans mes titres est que je souhaite échanger avec mes lecteurs et les comprendre à travers celle-ci.

En tant que mangaka étranger dans le milieu du manga japonais, j’aspire toujours à mieux connaitre mes lecteurs afin de comprendre leur culture.

Quels sont les meilleurs moyens de connaitre et comprendre la culture japonaise ? Il en existe pleins, comme par exemple se trouver une petite copine japonaise ou intégrer une famille japonaise.

Mais je suis un homme marié de 42 ans. Quelle type de famille japonaise adopterait un homme de mon âge ?

La meilleure manière de comprendre la culture japonaise reste encore de retourner à l’école, prendre part à des activités extra-scolaires et de se faire le plus d’amis japonais possible.

Mais tout ça ne veux rien dire pour moi, car je suis un mangaka.

Pour un mangaka, comprendre et connaitre ses lecteurs et leurs culture sont tout deux très important mais le plus important reste de dessiner des manga.

Il me faut dessiner des manga tous les jours. Je passe le plus clair de ma vie à dessiner des manga. Ma vie est dédiée à la création de manga.

Je passe tellement de temps à dessiner des manga que je n’ai pas le loisir de me faire des amis.

Quand je part en voyage, je continue de travailler donc il ne reste pas grand chose pour visiter des monuments ou faire du shopping sur place.

Partout où je vais, je reste habituellement dans ma chambre d’hôtel pour travailler.

De même je n’étudie pas le japonais, je ne peux pas le parler. Il y a de nombreuses raisons à cela mais la plus simple est la suivante : est-ce que les lecteurs de manga ont besoin qu’un mangaka étranger soit bilingue en japonais pour parler avec eux ou alors qu’il dessine des manga qu’ils apprécieront lire ?

Oui, ils veulent lire des manga. Pas m’écouter ou parler avec moi en japonais.

C’est pourquoi j’ai abandonné l’apprentissage du Japonais et ça m’a un peu isolé durant mes 10 ans ici. Par contre, existe-t-il une manière pour moi de comprendre la culture japonaise comme un japonais ?

J’ai la conviction qu’il en existe une, même si je suis très occupé. Il s’agit de « manger ». Nous mangeons tous tout les jours peu important qui nous sommes.

C’est pourquoi j’ai choisi de comprendre et de communiquer avec mes lecteur à travers mes « aventures culinaires« .

Il est peut-être difficile de comprendre de cette manière certaines cultures portant une grande importance sur les relations amoureuses ou sociales, mais je pense qu’il s’agit du moyen le plus adapté pour moi.

Car tout le monde mange dans sa vie. C’est un comportement partagé par tous les humains. C’est pourquoi cuisiner et les manga sont les meilleurs moyens pour moi de me rapprocher de mes fans et lecteurs.

Mais je m’égare.

Durant l’été 2015, j’ai décidé de faire un spinoff d’un très populaire manga de SF et d’action avec <Terra Formars Asimov>. Le personnage principal est Russe donc je me suis dit qu’il me fallait en savoir plus sur la Russie.

Je n’avais malheureusement aucune experience avec de la nourriture russe à l’époque. Voici donc l’un des restaurant que j’ai visité pour palier à cela.

Il s’agit d’un restaurant russe très connu du nom de “Sarafan (САРАФАН)” à Tokyo.

“Sarafan” se situe à Jimbochi, Tokyo. Il y a beaucoup d’universités connues dans la zone ainsi qu’une église russe Orthodoxe.

Il y a aussi beaucoup de librairies de livres d’occasion longeant la « rue des collégiens et de la culture des jeunes ».

Même si c’est moins le cas de nos jours, il en émane toujours l’atmosphère de Jimbochi.

En tant que rue avec de nombreuses écoles, il y a aussi beaucoup de restaurants servant de la cuisine japonaise maison pour les étudiants. Je veux y retourner un jours pour tous les essayer.

L’un de mes manga favoris appelé « Sake no Hyo Do » a introduit « Sarafan » dans l’un de ses épisodes. Je l’avais vu à l’époque et c’est pourquoi j’ai décidé de venir ici.

Ce n’est pas la seule raison pour ce restaurant d’apparaitre dans un manga si reconnu, il possède aussi une histoire longue de 50 ans.

De l’extérieur, Sarafan semble très vieux mais il reflète à mes yeux l’aura de Jimbochi.

Il n’est pas magnifique mais il me semble propre et engageant.

L’intérieur de Sarafan

Il s’agit d’un restaurant russe mais le chef et tout les serveurs sont japonais. Peut-être qu’ils de ne servent qu’une version japonaise de la cuisine russe.

Cette pensé m’inquiétât un peu vu que la raison de ma présence ici était d’essayer de la vraie cuisine russe. Mais il n’y avait pas raison de s’inquiéter.

Borscht (Борщ)

C’était étonnamment délicieux !! Avec un goût vraiment confortable.

Russian black bread and some baguette.

L’éditeur qui était venu avec nous a dit « Ah, c’est donc ça un goût maternel ». Bien sur aucune de nos mère ne sont russes. ^^

C’était la première fois que je goutais le pain noir russe mais quand je l’ai mangé, j’ai pu ressentir un goût très bon et puissant.

Voici donc le goût de la mère patrie russe… une contrée hivernale, froide et rude mais avec un coeur doux et chaleureux. C’est incroyable. Vraiment superbe.

Du saumon et des pancakes. Des blinis, c’est ça ? Je ne sais pas si il s’agit de blinis ou non. Comment est-ce qu’ils appellent ça en Russie ?

Ils sont fait à base de blé noir mais je fus vraiment surpris une fois en bouche !! J’ai émis un audible « Oh mon Dieu ».

Ce « Oh mon Dieu » venait du fort goût de blé noir qui emplit ma bouche. Les japonais et coréens adorent le goût du soba (blé noir) ! Il existe de nombreux plats à base de blé noir dans chacun de ces pays et je les aimes tous.

Mais ce pancake m’a montré que les russe aussi apprécient le goût du blé noir. Je leur adresse mon respect.

La soupe avec “Pelmeni (пельме́ни)” était elle aussi délicieuse.

Ces plats nous étaient si délicieux même en tant qu’étranger. J’ai ressenti comment ce petit restaurant a pu survivre une moitié de siècle au Japon.

Mon éditeur fut aussi très surpris et me dit « C’est vraiment trop bon ! Je pense que ces plats russes ont du être adaptés aux goûts japonais. »

J’étais d’accord avec lui sur le moment mais ma femme est plus tard partie en Russie pour <Terra Formars Asimov> et m’a dit que les plats de Sarafan étaient fidèles au style russe.

Mais oui bien sur. Une nourriture délicieuse reste délicieuse peu importe le pays. La nationalité n’est pas un obstacle pour apprécier un bon plat.

Pirozhki (Пирожок)

Pirozhki est connu en tant que vapeur cuit au four mais celui-ci était entouré de blinis et cuit comme tel. Quand je l’ai mangé, le goût de blé noir remplit ma bouche entière.

La soupe vient avec un tarte couverte croustillante.

Je ne connais pas les noms de ces plats (si vous les connaissez, dites moi svp.)

Thé froid Russe.

J’ai pu apprécier un thé russe avec le dessert. D’autres établissements servent aussi de la confiture avec mais ici nous n’avions que du thé.

Je mange toujours les plats avec l’objectif de comprendre les cultures et les personnes à travers leurs cuisine.

L’action de <Terra Formars Asimov> prend place en Russie donc il me fallait mieux la connaitre. Je dois mieux comprendre cette culture et ce pays afin de partager ce que j’ai ressenti à mes lecteurs à travers mes manga.

Je suis allé gouter la cuisine Russe et ce fut vraiment délicieux. C’est un réel plaisir d’approcher d’autres cultures pour les montrer dans mes oeuvres.

Это действительно вкусно!

– Boichi

Share the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •